Contact webmestre

 

 

 

 

 

 

 

DOYENNÉ DE SAINT-SERVAIS

 

... UN CHEMIN D'ÉVANGILE

 

 

Christian FLORENCE

Doyen

&

Vicaire épiscopal

Rue de Spy, 16
5150 Soye
> 0472/61.01.87

ch_florence@hotmail.com

UN MOT AU DOYENNÉ

CARÊME, UN TEMPS POUR LES AMOUREUX

En 2018, le hasard du calendrier fait que le Mercredi des Cendres, l’entrée dans la période du Carême coïncide avec la fête de Saint Valentin, fête des amoureux !
Concurrence festive ou opportunité à saisir ?
Je ne voudrais pas lire dans ce chevauchement de date, un empêchement pour découvrir le cœur de Dieu dans l’austérité d’un temps.
Dieu doit se réjouir que des êtres humains prennent le temps d’un peu d’intimité pour se dire, en se regardant dans les yeux, « Je t’aime ».
Au contraire, dans l’anonymat et dans la froideur de notre monde, il doit s’émerveiller de ces rencontres empreintes de tendresse, de délicatesse et de bonheur... et d’un peu de place dans le portefeuille.
Bonne fête donc, à tous les amoureux ! Bonne fête de Saint Valentin !

Mais, cette année, si Dieu avait envie d’élargir le public concerné par cette fête de l’Amour ?
Et si c’était pour cela que Saint Valentin était cette année, le porte-drapeau du Carême, dans lequel nous entrons ?
Ce mot « Carême », nous l’avons tellement défiguré, que pour beaucoup il n’a plus aucun sens.
Nous en avons fait un temps de régime, au nom de privations qui ne profitent à personne, si ce n’est à celui de la maîtrise de notre poids.
Nous en avons fait un temps pour des bonnes actions qui n’engagent souvent que notre superflu.
Nous en avons fait un temps qui se termine souvent de la même manière : « ça s’est passé si vite, j’ai été tellement occupé, que je n’ai pas eu le temps ! »

Et voilà que le hasard des dates de cette année place devant nos yeux une nouvelle opportunité !
Et si le Carême devenait une invitation pour les « aimés de Dieu » ?
Une invitation pour les chercheurs de sens, pour ceux qui ont un peu de place dans leur vie pour y placer l’autre et donc Dieu et son rêve d’amour, pour ceux qui ont envie de « changer et de croire en l’Évangile » ?
Une invitation pour des amoureux qui ont à se découvrir pour pouvoir se dire, au matin de chaque jour : je t’aime.

Aimer Dieu dans le silence d’une rencontre, dans le murmure d’une brise légère ...
Aimer Dieu en laissant résonner en nous ses lettres familières d’amour, son Évangile, sa Bonne Nouvelle que nous lisons si peu ...
Aimer Dieu en découvrant que son visage s’imprime dans tellement de visages d’hommes et femmes, de jeunes et de vieux, autour de nous ...
Aimer Dieu ... et aimer l’homme, ce frère, cette sœur que j’avais oublié de regarder dans le fond des yeux ...
Aimer Dieu ... et aimer l’homme, jusqu’à allumer un feu de solidarité et de partage qui réchauffe enfin cette planète ...
Aimer Dieu, aimer l’homme ... et m’aimer moi-même. J’avais oublié qu’un jour Dieu avait imprimé sa ressemblance dans mon existence.
Aimer Dieu, aimer l’homme, m’aimer moi-même ... celui qui ne croyait n’être qu’un numéro, celui qui ne méritait pas la confiance, celui qui ne comptait pas dans les décisions du monde.

Je ne sais pas vous, mais j’ai envie de m’asseoir sur ce banc que le carême m’offre !
M’asseoir avec Dieu ...
M’asseoir avec mon frère, avec ma sœur ...
M’asseoir avec moi-même ...
Et prendre le temps de nous regarder dans le fond des yeux pour y lire ce rêve divin : « Je t’espérais ».
Bon Carême, dans vos différentes communautés !

Guy De Smet (Carême 2018)