Contact webmestre

 

 

 

 

 

 

 

DOYENNÉ DE SAINT-SERVAIS

 

... UN CHEMIN D'ÉVANGILE

 

 

Christian FLORENCE

Doyen

&

Vicaire épiscopal

Rue de Spy, 16
5150 Soye
> 0472/61.01.87

ch_florence@hotmail.com

UN MOT AU DOYENNÉ

QUE T’AI-JE FAIT Ô MON PEUPLE ?

La croix de Dieu ...
la croix des hommes ...

Il était passé en faisant le bien. Il devait disparaître. Il faisait de l'ombre au pouvoir de l'homme.
Il était passé en semant l'Amour. Il devait casser ses élans et ses relèvements. Il faisait de l'ombre à la Loi.

La croix de Jésus restera à jamais la croix d'une vie toute donnée et de paroles à la profondeur incommensurable :
" Femme, voici ton fils, fils, voici ta Mère" ...
"Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu'il font" ...
"Père, entre tes mains, je remets mon esprit" ...
Que d'Amour, que de tendresse, que de pardon ... 
Du sang de cette croix ne peut sortir que l'eau de la Vie !

Mais cette croix, elle est avant tout un instrument de douleur ... et là, la croix des hommes se plante devant nous : la croix des sans-abris, des sans-papiers, des sans-vie ...
La croix de malades, des exclus, des rejetés ...
La croix de nos violences, de la haine, des attentats, comme celui de Trèbes et de ses victimes innocentes ...
La croix de la Syrie, de l'Irak, de l'Afghanistan ... ces lieux de guerre et de destruction où l'homme d'aujourd'hui crie : "Que t'ai-je fait ?"
La croix de la Palestine, crucifiée par Israël qui n'aura jamais rien compris à sa responsabilité de peuple élu, à moins que ce ne soit le peuple déchu ...
La croix du Colonel Beltrame qui, lors de l'attentat de Trèbes a donné sa vie, pour que d'autres vivent.
La croix issue de nos intolérances et de nos jugements faciles ...
La croix des victimes des armes qui aux États-Unis ne comptent pour personne ...

À chaque fois, le même cri, celui de Dieu, celui des hommes : "Que t'ai-je fait, ô mon peuple?"

Guy De Smet