église de Belgrade
Paroisse Saint Joseph
Belgrade

Notre patrimoine, ne se limite pas aux briques et aux pierres de notre église.


Il est riche  de tous les événements heureux ou tristes qui y ont été célébrés.  Comment mieux l'exprimer qu'à travers les expressions savoureuses du wallon namurois?


Retrouvons deux textes écrits autour du centenaire de notre église par deux belgradois dont nous gardons le souvenir.


place do Bia Bouquetvue intérieure de l'église StJoseph de Belgradenef latérale

Notice architecturale


En retrait de la place du Bia Bouquet, précédée d'une courette arborée, se dresse, robuste centenaire, l'église paroissiale de Belgrade dédiée à Saint Joseph.


Consacrée le 17 septembre 1901, l'église fut érigée sur un terrain offert à la paroisse par Mme Barbe - Dieudonnée Mathieu, veuve Misson. Elle est l'œuvre du premier curé de Belgrade, l'abbé Jean-Baptiste Plomteux qui y consacra sa vie et sa fortune personnelle.


Construit suivant les plans de l'architecte Édouard Van Gheluwe, l’édifice, de style néo-gothique, se caractérise par la verticalité de ses lignes et le recours aux arcs brisés et aux croisées d'ogives.
Son austère élégance extérieure allie harmonieusement les matériaux régionaux tels que la brique de Salzinnes, la pierre de Meuse et l'ardoise ardennaise. D'une longueur de 30 mètres sur 15 mètres de large, l’église orientée Nord Sud est surmontée d'un clocher barlong de 30 mètres de hauteur, flanqué d’une tourelle menant au jubé et aux cloches.


Lorsque l'on pénètre dans le sanctuaire par l'élégant portail d'entrée, un sentiment de sérénité et de recueillement vous saisit aussitôt.
La nef centrale de cinq travées, rythmée par des colonnes octogonales en briques et pierres bleues, est surmontée d'une remarquable voûte en bardeaux de chêne. Les deux nefs collatérales, couvertes de voûtes à arêtes en briques jaunes, sont éclairées par des fenêtres ogivales diffusant une douce lumière. De grandes dalles de pavage en pierres bleues recouvrent le sol de l'ensemble de l'édifice.


Le mobilier, réduit à l'usage cultuel post-conciliaire, comprend un simple autel tabulaire en pierre de Meuse inauguré en 1951.


Michel Dubois



vers le haut de la page


l'autel fleuri pour les fêtes de Wallonie

CENTENAÎRE


Centenaîre ! Cint-z-ans noste èglîje ! Èst-ce-t-i possibe ? Á l' vôy, come asteûre, on nè l' dîreûve nin! Èlle èst bèle come one djon.ne mariéye, rilètchîye come on via qu'a deûs méres!


C'èst l' parotche qu'èst binauje! Dimwin è iût', nos sèrans l' dîs-sèt' di sètimbe èt, ç' djoû là, i-gn-aurè jusse cint-z-ans qui l' tchènon.ne Houba, archiprète èt dwèyin do canton a bèni l' novia batimint!



Belgrade aveûve enfin s'-t-èglîje !


Mais ça n'èsteûve nin seûlemint dès pîres qu'on bènicheûve : c'èsteûve li maujone dau Bon Diè au mitan do viladje. !

Èt, dispeûy cint-z-ans, combin d' bravès djins ènn'on-t-i passé l' souS Qui ç' fuche po v'nu priyî, choûter mèsse, po lès batèmes, lès mariadjes, lès-ètèremints.

Pace qui, vèyoz, one èglîje, c'èst l' mémwêre dè l' vicaîrîye di nos djins. Si l' nosse saureûve causer, èle nos racontereûve qu'au lon d' sès cint-z-ans, èlle ènn'a vèyu dès pwin.nes èt dès miséres, dès djôyes, dès disbautches èt dès-èspwêrs !


Crwèyoz m', one èglîje, ça n'èst nin seûlemint dès pîres, dès briques, do bwès, c'è-st-one maujone, nosse maujone, bin vicante au mitan do viladje !


Po-z-î intrer, i n' faut pont d' clé, i-gn-a pont d' sonète ni d' vèra à l'uch. Vos-î p'loz moussî come vos l' v'loz sins toquer, sins bouchî. L'uch dau Bon Diè èst tofêr au laudje ! Intrez tot simplemint : vos-èstoz l' binvenu qui ç' fuche po priyî, paurtadjî, braîre, rutyî, v' laminter ou rin qu' po vos r'pwaser !

Vîs ou djon.nes, ritches ou pôves, « monsieûs » ou man'dayes, blanc, nwâr ou djane, on côp passé l'uch, lès difèrinces dimeûrenut su l' sou.

Pèrson.ne ni vêrè vos d'mander poqwè v's-èstoz là, vos papîs ou voste ètat civil. Vos-î trouveroz l' paîs èt vos-î sèroz bin r'cî, onk come l'ôte.


Mais su cint-z-ans, noste èglîye ènn'a vèyu dès candjemints !


Rapèlez vos, vos lès-ancyins, dins l' vî timps lès-omes èstin.n' à drwète èt lès feumes à gauche, i-gn-aveûve co dès tchèyêres di fabrique èt lès tchèyêres dau djins (avou do vloûrs co bin). On chûveûve li mèsse dins s'missèl : (latin èt francès). Li curé èsteûve à l'auté, l' dos viè lès djins. On lîjeûve è l' latin èt li p'tite sonète n'arèteûve nin.

Li curé monteûve dins s' pîrlodje po l' prêtchemint èt i-gn-a qu'à ç' momint là qu' s' pleûve achîde po r'pwaser sès djambes tot fiant atincion di n' nin cafougnî sès bias mooussemints pace qui, po v'nu à mèsse, on s' mèteûve à dimègne avou sès bonès loques.

I-gn-aveûve mèsse à sèt-eûres (po lès coradjeûs ou po-z-awè on grand
 dimègne) èt à dîj-eûres. On s' rachoneûve ossi po lès vèpes, li salut, lès pôrcèssions, lès rogâcions ou l' tchapelèt.


Mais, tot doûcètemint, lès pârwèssyins ont div'nu mwins' fidèles à leûs-ègadjemints. On-aleûve co à mèsse mais di tanawète po-z-aler r'qwè l's-ôtes ou po yèsse pus rade foû !

Adon, on-z-a trové dès-èscuses : on n'aveûve pus l' timps, on-èsteûve nauji èt l' dimègne n'èsteûve pus l' djoû do Sègneûr sauf on côp pâr an qu'on-aleûve à c'fèssse po r'churer s' tchôdron d'vant d' fé sès Paûques ou co bin au Noyé po l' mèsse di méyenêt !


Si lès timps ont bin candjî, l'èglîje ossi a radjon.ni. Asteûre èle ravike. On-z-î r'vint pus voltî. On-z-î tchante, on djoûwe dè l' musique èt min.me -- dji so jin.né dè l' dîre -- on-z-î bwèt ! Atincion, savoz, ç' n'èst nin tos lès dimègnes èt on n'î tint nin cabarèt ! S'on bwèt on p'tit vêre dins l' fond d' l'èglîje, c'èst po mostrer l' plaîji qu'on-z-a ieû di s' rachoner, po fé dès novèlès conichances, d' causer dès-èfants ou dès vîs parints.

On n' faît ça qu'aus djoûs d' fièsse, come audjoûrdu po l' mèsse d'anéye.


Come lès viyès pîres duvenut yèsse binaujes di vôy nosse djôye èt, di d'
 là-wôt, l' Bon Diè li dwèt yèsse ossi d' vôy ostant d' djins dins s' maujone !


N'alez nin crwêre qui c'èst po nosse curé qu'on l'a r'mètu à noû S c'èst po nos-ôtes lès pârwèssyins -- lès fidèles come on d'djeûve divant.

Sayans dè l'yèsse one miète di pus pace qui c'èst po nos mia r Ocîre qu'on l'a rabèli insi.

Èt su lès cint côps qu' vos passoz pa d'vant lèye, introz one minute, jusse po dîre one pâtêr èt r' mèrci l' Bon Diè d' nos-awè d'né one ossi bèle maujone.



Lucien Metten, li 9 di sètimbe 2001.



vers le haut de la page




Diocèse de Namur         Doyenné de Saint-Servais           Secteur de Saint Servais