PAROISSE NOTRE-DAME DE L'ASSOMPTION

TOUSSAINT

(1 novembre)

- Abbé Guy De Smet -

« Amen ! Louange, gloire, sagesse, action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu … »
Un cri de joie, un chant de louange face à réussite de Dieu, telle qu'elle s'écrit dans le cœur de l'homme qui se laisse façonner par lui.

Oui, un cri de joie, à la vue d’un Bonheur, celui du Peuple des Béatitudes relevant les défis d’un monde, qui aujourd'hui se révèle être dur et inhumain.
Écoutez cette paraphrase des Béatitudes, qui dit bien les choses et qui colle tellement bien avec notre actualité.
Le monde crie : « heureux l’homme qui est riche de tout argent, pouvoir, intelligence, beauté : tant de portes s’ouvriront à lui »
Le Christ proclame : « Heureux l’homme – mendiant ou prince – dont le cœur reste pauvre, le dur chemin du Royaume est devant lui »
Le monde crie : « Heureux les plus performants, ils termineront en haut des échelles ! »
Le Christ proclame : « heureux les doux – les hommes à la force intérieure – ils obtiendront d’habiter la terre en hommes libres »
Le monde crie : « heureux les cœurs blindés, on ne pourra les déstabiliser ! »
Le Christ proclame : « heureux le cœur qui saigne, il connaîtra la joie d’être consolé »
Le monde crie : « heureux qui sent d’où vient le vent, il tirera profit de toute situation »
Le Christ proclame : « heureux qui a faim et soif d’un monde plus juste, cet appétit le fera grandir »
Le monde crie : « heureux qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, il sera respecté »
Le Christ proclame : « heureux qui ne juge pas son frère, il apprendra à se supporter »
Le monde crie : « Heureux le pragmatique, il est bien de son époque »
Le Christ proclame : « heureux le cœur pur, il verra la marque de l’Éternel en toute chose »
Le monde crie : « Heureux celui qui évite qu’on le dérange, il aura la paix »
Le Christ proclame : « Heureux qui porte en son cœur la paix, on lira Dieu sur son visage »
Le monde crie : « heureux celui qui a choisi le parti du plus fort, il ne sera pas inquiété ! »
Le Christ proclame : « Heureux qui s’est mouillé pour la justice et en paie le terrible prix, le dur chemin du Royaume est devant lui »
Le monde crie : « heureux êtes-vous si vous êtes conformes aux modes et attentes, on ne dira que du bien de vous »
Le Christ proclame : « heureux serez-vous si le brasier de l’Évangile vous a compromis aux yeux des hommes, qu’on vous raille ou vous traite de ringard ou d’illuminé. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, vous connaissez le prix de la sainteté. »
Ce choix, c’est celui qu’ont vécu les saints, connus et inconnus, que nous célébrons aujourd’hui.
Les saints du ciel, qui ont simplement fait, de tout leur cœur, leur labeur.
Les saints et saintes morts au champ d’honneur du travail.
Les saints et saintes du ciel, qui ont simplement fait, mais de tout cœur, leur ménage.
Les saints du ciel qui ont donné sans compter.
Les saints du ciel qui ont évité de se faire remarquer et qui sont restés simplement à leur place.
Les saints et saintes méconnus, qu’on a méprisés ou accusés ou ignorés.
Les saints et saintes que nous avons connus et qui ont vécu parmi nous.
Tous les saints du ciel qui n’ont fait dans leur vie rien d’extraordinaire, mais qui ont mis dans chaque action tellement d’amour… Oui, Heureux !

Le cri de joie de l’Apocalypse, que nous entendions tout à l’heure, devient la contemplation d’une vocation : la vôtre, la mienne.
Saint Paul nous dit aujourd’hui : « bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu »
Depuis le matin de notre Baptême, Dieu nous a choisis. Il a mis la main sur notre épaule, pour nous dire sa confiance. Il nous a pris par la main, pour construire notre bonheur, dans la logique de son amour.
Il a fait alliance avec nous pour oser son pari fou, d’un ciel nouveau et d’une terre nouvelle.
Depuis le matin de notre vie, il nous a ainsi marqués du sceau de notre dignité, celles d’aimés devenus capables d’engendrer le rêve de Dieu.
Comment, dès lors, ne pas redire avec l’apôtre Paul : « Voyez comme il est grand l'Amour dont le Père nous a comblés »

Devenez scandaleusement riches nous lance notre société basée sur l'argent !
Devenez scandaleusement saints, en aimant comme vous êtes aimés, nous souffle Jésus à l'oreille … à nous d'entendre !

Amen

Homélies des semaines précédentes