PAROISSE NOTRE-DAME DE L'ASSOMPTION

 

15 ANS À FLAWINNE

Voici 15 ans le dimanche qui suivait le 15 août, je posais mes valises à Flawinne.
Je répondais là au souhait de l’Evêque de l’époque qui espérait une stabilité dans le clergé. Les curés s’étaient succédés à un rythme accéléré : après deux ans, un autre arrivait !
J’y suis arrivé, bien naïvement, ne connaissant rien des tempêtes qui avaient secoué le village et qui, jusqu’à aujourd’hui, laissent de profondes blessures.
Pendant ces années, nous avons « joué » la rencontre du renard et du petit prince et nous avons appris à nous apprivoiser, laissant là les rumeurs, les étiquettes, les attaques, parfois bêtes et méchantes.
Nous avons appris à nous connaître.
Nous avons, vous et moi, connu des moments de maladresses et d’emportements. Pour ceux que j’ai occasionnés, je ne puis que demander votre pardon !
J’ai eu l’occasion de vivre au diapason de vos événements : Baptêmes, communions, mariages, funérailles … au rythme de la vie.
Au milieu de vous, ce qui m’importait c’était la variété de vos visages, de vos aventures : il y a vraiment beaucoup de demeures dans la maison du Père.
Au milieu de vous, ce qui m’a passionné, c’était la prière, la liturgie et le bonheur de se retrouver au sein d’une belle communauté fraternelle et aimante.
Au milieu de vous, j’ai trouvé un terrain pour « planter » l’Evangile, avec l’aide de beaucoup d’entre vous.
Je remercie mes proches et les amis, sans qui je n’aurais pu relever ce défi passionnant.
Je remercie celles et ceux qui ont accepté de faire un bout de chemin avec moi, à la découverte de l’Evangile. Votre présence a été pour moi un soutien et une vitamine.
Je remercie tous ces fidèles qui, de dimanche en dimanche, sont là pour former une communauté et pour mettre leurs talents au service des autres.
Je remercie tous les « engagés qui ont fui les chemins des « y a qu’à » ou des « vous devriez ». Ils ont retroussé leurs manches pour que Jésus soit présent dans nos vies de tous les jours.
Je remercie toutes celles et tous ceux qui ont fait de notre église un havre de paix propice à la prière et à la rencontre de l’Essentiel.
Je remercie aussi celles et ceux qui, vivant loin de l’église, ont pourtant fait le pari de me faire confiance et m’ont ouvert largement leurs portes. Certains sont devenus des amis inestimables. Le pluralisme de nos manières d’être et de penser est devenu une richesse inépuisable
15 ans, c’est un jalon que l’on plante sur une route que d’autres emprunteront, avec vous, à la découverte de nouveaux paysages, de nouvelles manières de faire, de nouveaux défis d’Evangélisation.
15 ans, c’est l’occasion de vous dire que ce n’est pas le curé qui fait la paroisse : lui il ne fait que passer.
La seule richesse de notre communauté c’est Jésus et vous … si vous le voulez.
15 ans, c’est l’occasion de prendre chacun nos crayons de couleur pour dessiner notre paroisse de demain.
Merci et osons nos rêves !                                                                                       G De Smet